Confession candauliste de JeanChristophe socialporn

Voici la confession candauliste d’un fan Socialporn JeanChristophe. A sa demande, le texte est publié tel quel, sans aucune modification ni retouche. Je vous laisse découvrir son fantasme et vous invite à lui laisser des commentaires. Bon dimanche à tous ! 

Attention ce texte n’est que le fruit de mon imagination sur mon fantasme de candaulisme, tel que je l’imagine.

31 Décembre 2015 au soir.
Nous avons réussi à faire garder les garçons chez leur papi, nous avons donc toute la soirée à nous et quand je dis nous c’est nous trois :
Ma superbe femme habillée en robe de soirée blanche très indécente avec un opulent décolleté et en dessous juste un magnifique redresse seins ainsi qu’un string, des bas résilles plus son porte jarretelles et des escarpins; divinement bien maquillée: rouge à lèvre rouge braise, mascara léger mais très sexy, ces longs cheveux sont lâchés ; bref elle serait capable de faire avoir une érection à un eunuque.
Moi très chique sur mon trente et un : cravate, veston, mocassin, tenue de soirée oblige puisque nous allons dans un restaurant très huppé où il faut réserver trois mois à l’avance sa table.

Dés que ma femme franchie les portes du restaurant étant placé derrière elle, je ne peux constater que tous les regards des autres hommes se posent sur elle. Je me délecte de cette idée: et oui les gars c’est ma femme qui vous donne des bouffées de chaleur. Le repas se passe comme l’on est en droit de s’y attendre d’un tel établissement Clermontois. Puis nous commençons à nous diriger vers la sortie toujours soutenu par le regard des autres mâles de la salle, surtout le groume qui semble avoir perdu un œil dans le décolleté de la robe de Sophie ; j’en profite pour envoyer discrètement un SMS à son amant pour le prévenir de notre départ du restaurant.

Arrivé à la maison, elle ne se doute de rien; Jérôme son amant d’un soir est discrètement caché dans la maison car enfin, deux mois auparavant, elle m’a dit oui pour essayer le candaulisme. L’excitation n’en n’est que plus élevée car elle ne sait pas que cela va se produire le soir de la nouvelle année, même si nous avons choisi son amant ensemble.
Je la fait donc patienter en ouvrant une bouteille de champagne et lançant la discussion sur cette soirée qui va être riche en sensation.

Je me dirige alors vers le salon où son amant à déjà tout préparer suivant mes directives: lumières tamisées de bougies, draps en satin au milieu de la pièce, des senteurs d’huile d’argan.

Sophie se dirige alors vers moi, attrape ma cravate et commence à m’embrasser. Nos langues se caressent comme jamais auparavant, je la sens très excitée. Sa bouche se dirige vers mon oreille et y murmure :
– C’est quoi la suite du programme maintenant ?
– Laisse toi aller et tu vas passer une nuit inoubliable, je te l’assure.

Je commence à lui retirer sa robe et la voila en lingerie devant moi, je suis déjà en érection devant une déesse de beauté dans cette tenue. S’en commence des caresses sur sa superbe poitrine, puis lui lèche délicatement les mamelons qui frissonnent de plaisir, je m’attarde sur eux car je n’ai qu’une envie c’est de voir pointer ses tétons, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire le redresse sein est à terre, paix à son âme.
Je passe juste à coté: sur ses tétons qui sont devenu très dur ; ma langue donne de petits coups sur eux, Sophie commence à soupirer langoureusement.
Puis ma main commence à effleurer le devant de son string, je masse ainsi son pubis par dessus ce petit bout de tissu si doux.

Ma femme commence alors à se coucher sur les draps de satin et ouvre les cuisses m’invitant ainsi à être plus entreprenant.
Il n’en faut pas plus pour que je retire délicatement son string, ma langue commence à lui lécher le bas ventre et continue ainsi sa course effrénée vers son clitoris qui est déjà bien lubrifié, en parlant de ça : moi aussi je commence à sentir le liquide pré-éjaculatoire perler au bout de mon sexe, ce qui traduit mon état d’excitation.
Arrivée devant le pubis je commence à lui lécher avec gourmandise : un petit coup de langue ici, un autre par là; Sophie pousse alors un petit cri de satisfaction jetant sa tête en arrière. Puis après plusieurs minutes à lui donner du plaisir je remonte en lui embrassant le ventre, les seins, les tétons, son coup, sa bouche tout en lui caressant le sexe et en y introduisant mon index.

– Maintenant je vais te mettre un bandeau sur les yeux pour épicer tout ça.
Elle acquiesce d’un signe de la tête avec un sourire très coquin. Je m’exécute donc.
Une fois Sophie dépourvue de son sens de la vue je commence à introduire mon pénis tendu comme une arbalète, prêt à exploser ; maintenant je sais ce que peux ressentir un éjaculateur précoce car j’ai grand mal à me retenir de jouir.
Ma femme émet un râle de plaisir comme jamais je n’en avais entendu et je commence doucement mes va et vient en elle une fois la vague de plaisir contenue. Sophie m’étreint et m’ambrasses fougueusement. Je me retire puis viens mettre ma verge entre ses seins pour une bonne branlette espagnole. Elle commence à comprimer mon sexe avec sa généreuse poitrine; puis, après je recommence à lui lécher le bout des tétons.

C’est alors que je fais signe à notre complice de venir se substituer à moi !

Il est déjà nu et place son sexe devant la bouche de Sophie qui gobe son pénis gonflé de plaisir, elle enroule sa langue sur le gland de son amant d’un soir ; ce dernier est en extase ; il retire sa verge de la bouche de ma femme, lui caresse les seins puis vient se positionner entre les jambes grandes ouvertes de Sophie.

Son gland frotte longuement et à plusieurs reprises de haut en bas le clitoris de ma femme puis enfin, il la pénètre ; là je sens en moi une énorme sensation: comme si mes boyaux se retournaient une sensation de tiraillement à la fois douloureuse et agréable comme une grosse boule au ventre avant des examens importants. Pourtant je trouve ça agréable au final ; il commence alors à faire des va et vient en elle et Sophie gémie de plaisir ; je suis au bord de l’excitation, je me masturbe en regardant ma femme se faire prendre par un autre homme et j’adore les regarder.

Je lui parle doucement pour maintenir l’illusion intacte, c’est alors qu’elle me dit :
– Humm vas-y continu comme ça c’est bon !
Notre complice d’active d’autant plus, ses gros seins ballote de haut en bas de plus en plus vite. J’ai du mal à me retenir de lui enlever son bandeau, mais égoïstement je trouve qu’elle n’a pas encore à connaitre la vérité sur cette verge qui la pénètre si délicieusement. Puis Sophie se redresse et passe en levrette, son amant s’introduit à nouveau en elle encore plus profondément.
A chaque coup de reins que lui donne ce dernier, ses testicules viennent légèrement cogner contre son bas ventre et les seins de Sophie, dans cette position, bougent davantage; cette image est magique pour moi : j’ai une vue d’ensemble imprenable sur leur coït. Ma femme pousse de plus en plus de petits gémissements, il faut dire qu’elle n’est pas très expansive de ce coté là.
Enfin au bout d’un certain temps Sophie repasse sur le dos. A nouveau elle se fait prendre par son amant qui commence à montrer des signes de fatigues à force de se retenir mais il continu ces va et vient en elle.

C’est le moment que je choisi pour lui retirer son bandeau : les yeux plissés elle commence à s’habituer à la lumière tamisée du salon et là, elle se rend compte que c’est un autre homme qui la pénètre avec son pénis ; les deux marquent un léger temps d’arrêt. Sophie commence subitement à aller et venir d’elle-même sur la verge de Jérôme en me regardant avec un grand sourire.

– Alors voila comment tu me souhaites la bonne année ?!
– Et oui surprise chérie, ça te fait plaisir ?
lui demandais-je bêtement
– Qu’elle question, c’est surprenant mais surtout terriblement excitant.
M’avouât-elle en gémissant tout en continua ces va et vient sur le sexe de notre complice. Là son amant la fit tourner pour qu’elle se retrouve sur lui. Elle pris le sexe de Jérôme en main puis le présenta devant l’entrée de son vagin et s’y empalât littéralement dessus; elle lâcha un râle de plaisir puis Sophie recommença à aller et venir sur la verge de cet autre homme. Elle aussi commence à montrer des signes d’extase : elle transpire légèrement, son mascara coule de ses yeux, elle se tient les cheveux et se mord la lèvre ; mais ils continuent leur ébat jusqu’au plaisir extrême je m’imagine.
Après plusieurs minutes passée à chevaucher son amant, celui-ci la retourne à nouveau pour la remettre sur le dos. Il pénètre Sophie avec sauvagerie cette fois-ci. Puis les coups de reins sont de plus en plus puissants ; ma femme gémie comme une folle de plaisir, je comprends alors que le moment est venu pour nous trois de jouir.
Je me masturbe de plus en plus vite, le coït s’accélère ainsi que les respirations, elle gémie de plus belle : je suis en extase devant elle qui prend son pied à se faire pénétrer par un pénis autre que le mien, elle sourit les yeux fermés de bonheur ; puis je me rapproche d’elle.

Son amant se retire de Sophie, il commence à se masturber ; j’en fais de même puis quasiment à l’unisson nous éjaculons sur la poitrine de ma femme qui gémie de plaisir, notre sperme enduit le corps transpirant de Sophie, nous continuons à nous branler pour déverser tout ce que nous pouvons produire. Nous nous écartons tous les deux puis Sophie commença à étaler notre semence sur ses gros seins mais il y en avait tellement qu’elle due continuer de l’étaler sur son ventre et presque jusqu’à son sexe. Enfin nous finîmes de reprendre notre souffle à tous les trois, puis elle me dit :
– Je t’aime mon amour, j’ai finalement bien fait de te dire oui.
– Tu vois je te l’avais bien dis que ce serait génial, pour toi et pour moi.
– Oui tu avais raison et on a bien choisi mon amant aussi il faut avouer.

Il souriait, puis commença à se rhabiller ; nous le raccompagnons à la porte de la maison en lui souhaitant à lui aussi une bonne et heureuse nouvelle année, même si tous les trois savions qu’elle avait fort bien débutée et ainsi qu’à une prochaine rencontre.

Sophie dégoulinante de notre sperme se dirigea alors vers la salle de bain; elle s’arrêta, tourna légèrement la tête en arrière dans ma direction puis elle me demanda de la rejoindre pour une bonne douche bien chaude et amplement mérité.

Là sous le jet d’eau je lui lave son magnifique corps; puis après avoir eu terminé, elle empoigna mon sexe et le porta à sa bouche pour me délivrer une divine fellation.
Je n’en pouvais plus, excité par ce que nous venions de vivre, elle termina en me branlant la verge dans sa bouche où j’y déversas le peu de sperme qu’il me resté.
– Alors heureux ?
– Oh oui ! Heureux d’avoir réalisé mon fantasme et heureux pour toi qui à pris un plaisir fou apparemment.
– C’est le moins que l’on puisse dire, lorsqu’il m’a pénétré et s’est activé en moi c’était une sensation bizarre car je te voyais à mes cotés, mais je m’y suis faite et là j’ai joui comme jamais, merci mon amour de m’avoir fait confiance en m’offrant à un autre homme.
– Oui moi aussi j’ai pris mon pied à te regarder te faire pénétrer par sa queue et j’ai surtout adoré quand c’est toi qui faisait les va et vient sur lui; tu as aimée qu’on éjacule sur tes seins ?
– Oui c’était très intense, c’était tout chaud ; il faudra recommencer mais cette fois-ci pas de surprise en te faisant substituer et peu être je me laisserais tenter par la sodomie !

A ces mots je me retrouve à nouveau en érection puis j’honore ma femme sous la douche …

Voila mon récit sur ce que j’imagine être mon fantasme tel qu’il se déroulera le jour où ma femme se décidera pour que je l’offre à un autre homme.

C’est ma première histoire érotique alors n’hésitez pas à faire de la remarque constructive: moi je ferais comme ça, tu devrais plutôt essayer comme ceci bref allez y à vos claviers.

Encore merci pour avoir lu ce récit purement fictif.

JeanChristophe

téléphone rose branle au tél

One thought on “Confession candauliste de JeanChristophe socialporn

  • Bonjour et merci Coquine Lyon d’avoir pris le temps de lire ce témoignage, tu as bien compris mes sentiments envers ma femme à travers ces quelques lignes; si seulement je pouvais arriver à passer de fiction à la réalité…

    Je vais continuer à écrire alors si cela a plu malgré les nombreuses fautes.

    Encore merci pour la publication à l’équipe du telephonerose.com bonne continuation

Laisser un commentaire