La beurette a la chatte très velue et odorante

Amateur de beurettes et de femmes arabes depuis des années je cherche à en trouver de nouvelles chaque jour pour ajouter à mon carnet d’adresses perso. Il est déjà bien rempli et souvent, j’en appelle une pour une bonne partie de baise sans lendemain. Et hier soir, j’avais envie de me taper un délire. J’avais rencontré une femme arabe d’une quarantaine d’années qui avait la particularité d’être poilue comme un ours. Cette femme aimait le naturel et ne se rasait aucun poil. Au début, cela m’a dérangé.

Depuis, j’y repense sans cesse et finalement cela m’obsède à un tel point que nous nous sommes vus hier soir. La beurette débarque et alors là, j’ai eu un choc puisqu’elle est arrivée voilée. Une fois chez moi et les volets fermés, la femme arabe a retiré son voile sous lequel elle se trouvait entièrement nue. Elle ne risquait pas d’avoir froid avec la couche de poils qu’elle avait sur le corps. Mon cœur s’est mis à battre la chamade et ma queue s’est dressée. Elle avait les seins poilus, le ventre, les bras, les dessous de bras, les jambes et je garde le meilleur pour la fin : la chatte et le cul poilu. Je vais paraitre cruel, mais ce n’est plus de la chatte poilue à ce niveau-là, cela relève du parcours acrobranche. Si vous regardez sur le côté, la touffe de ses poils de femme arabe forme une bosse plus grosse que celle de ma bite. Et non je n’ai pas une petite bite… La femme arabe s’est mise à genoux entre mes cuisses et m’a sucé la bite. Sa bouche était douce et chaude. En fermant les yeux, j’avais l’impression de me faire sucer par une étudiante. La fatma avait de très gros seins que je prenais entre mes mains pour les malaxer et les faire durcir. Ses poils étaient transpirants et je ne saurai vous dire pourquoi, j’étais excité comme un goret. Après m’être fait sucer par la beurette, je me suis mis à lui écarté les cuisses et a fouillé sa grosse chatte velue. Une fois ses lèvres trouvées, j’ai enfoncé mes doigts dans son vagin crémeux et je l’ai doigtée. Elle voulait que je la prenne comme une chienne et que je la traite de femme arabe qui ne mérite que des coups de bites. J’ai enfoncé ma bite dans la crème de son vagin et c’était comme être dans un pot de miel ou de yaourt. Même si j’avais l’impression de baiser avec chubaka, cette femme arabe était trop bonne. Sa grosse paire de loches aux gros tétons poilus bougeait dans tous les sens pendant que la baisait comme une chienne. En position de missionnaire, elle a relevé ses jambes sur ses gros seins et a ouvert sa chatte en grand. Mes couilles tapaient contre son anus poilu et gras. Je me suis excité tout seul et j’ai sorti ma queue de sa foune grasse pour mettre mon gland devant son anus. Les poils épais de son cul faisaient barrage à une bonne sodo profonde, mais cela ne m’a pas empêché de défoncer le cul de cette femme arabe de 43 ans et de lui tirer les seins par les poils pour la faire jouir.

Je n’avais pas envie de la respecter ce soir-là et je me suis vidé les couilles dans sons anus. Je me suis calé au fond de son tour du cul et j’ai laissé mes couilles se vider tranquillement. J’ai dû lui mettre un litre de foutre chaud dans son anus poilu. La beurette était ravie de cette baise hardcore et a demandé à me revoir. Ce qui m’a plus chez cette pute arabe, c’est qu’elle est partie avec le cul rempli avec mon sperme et qu’elle ne s’est pas nettoyée.

téléphone rose branle au tél

Laisser un commentaire