L’étudiant en médecine et le téléphone rose

Je suis une jeune femme de 28 ans et j’ai fait un passage éclair aux urgences lors de la vague de froid du mois de février. J’ai glissé sur une plaque de verglas et je me suis fait une belle entorse. Tout le monde était très gentil dans cet hôpital et plus particulièrement l’interne en médecine qui s’est occupé de moi. Le jeune homme avait à peu près le même âge que moi, grand brun, en forme.

Le courant est tout de suite passé entre nous et une certaine attirance nous a poussés à échanger nos numéros de téléphone. Quelques jours plus tard, je lui ai téléphoné pour l’inviter à prendre un verre chez moi et le voilà dans mon salon en train de grignoter des biscuits apéro. Nous avons discuté de tout et de rien jusqu’au moment où il me demande ce que je fais comme travail. Je lui ai confessé être hôtesse de téléphone rose. Il m’a demandé en quoi consistait ce travail exactement, et je lui ai expliqué que je faisais l’amour au tél avec des clients et que j’avais avec eux des conversations érotiques. Je pouvais être amenée aussi à faire mes propres confessions intimes sur des expériences passées. Il semblait très excité et m’a lancé de but en blanc « ah t’es une cochonne alors ! » J’étais terriblement gênée, mais j’ai dû l’avouer : oui je suis une grosse cochonne qui aime le sexe. Mon interne a sorti sa queue et m’a demandé de le sucer pour voir si j’étais aussi cochonne que ça. Je me suis approchée de lui à quatre pattes et me suis mise entre ses cuisses pour prendre son sexe gonflé dans ma bouche. Je lui ai taillé une bonne pipe goulue et j’ai senti que son sexe butait contre le fond de ma gorge. Il était à point. Je me suis relevée et me suis allongée sur le canapé pour lui offrir mes orifices gluants de mouille. Il s’est mis entre mes cuisses et m’a fait un superbe cunnilingus baveux. Pendant qu’il me léchait, ses doigts fouillaient mes trous et il me les donnait à lécher afin que je déguste mes jus intimes. Lorsqu’il a senti que j’étais prête à me faire prendre par sa queue, il a planté son sexe devant l’entrée de ma chatte et s’est engouffré dans mon vagin jusqu’à ce que ses couilles lisses et pleines viennent buter contre mon petit trou serré. Il m’a défoncée comme une chienne sur le canapé et dans toutes les positions possibles. Le jeune interne est un sacré cochon qui sait se servir de sa grosse queue. J’ai joui à plusieurs reprises et j’étais épuisée. Il a fini par se retirer pour éjaculer son foutre chaud sur mon visage qui était à présent recouvert de son sperme épais. Il a frotté sa queue sur mon visage pour étaler sa semence sur mon corps et me l’a remise dans la bouche pour se faire nettoyer le bout. Il a remballé son sexe, pris deux cacahuètes et s’en est allé en me faisant un clin d’œil.

J’étais accroupie dans mon salon, la chatte en feu et le visage englué de foutre. Une belle expérience sexuelle que je m’empresserai de raconter lors d’une confession intime au téléphone rose.

téléphone rose branle au tél

Laisser un commentaire